Mirolax par IOMAI

EXPOSITION / Du 31 mars au 6 mai 2018

Entrée libre du mercredi au dimanche, de 14h30 à 18h.

Vernissage le samedi 31 mars 2018 à 18h en présence de l’artiste

titre

Iomai propose aux Moyens du Bord l’exposition Mirolax. Pour cette installation, il va plus loin dans sa démarche de transformation en créant un environnement sonore et un jeu graphique inspirés d’éléments de l’architecture et du paysage morlaisien. Comme l’annonce d’emblée l’anagramme du titre de l’exposition, il s’agit toujours pour lui d’inventer en prenant comme point de départ la matière qui l’entoure, ici la ville de Morlaix. Iomai nous propose de relire le réel pour mieux le détourner ; de partir d’un port pour se retrouver dans une île.

Mirolax par Iomai, Iomai, 2018

MIROLAX par Iomai, Iomai, 2018

Christophe Campion vit à actuellement Plougasnou et crée depuis 2006 sous le nom de Iomai. Ce pseudonyme lui a été offert par son fils qui, à l’âge 4 ans, dessinait des séries de lettres majuscules sans en connaître le sens, et a un jour formé « IOMAI ». Pour Christophe, ”ça ne voulait rien dire, mais il y avait un son là-dedans, plein de promesses d’exotisme”, et le pseudonyme est resté. Comme pour la trouvaille de son pseudo, Iomai crée en utilisant les surprises de l’aléatoire et la fraicheur de l’improvisation.
Issu de la musique, il fut membre fondateur du collectif rennais Mils (glitch & jazz) avec lequel il a produit 4 albums sous le label GOOOM (Paris) entre 1998 et 2004. Il s’oriente depuis 2006 vers la création en solo d’une musique libre inspirée du free jazz, des musiques répétitives, ethniques et «early electronic». Fidèle à la pensée de l’improvisation, créer à partir des contraintes matérielles et de ses propres limites techniques est pour lui un espace de liberté. Ce qu’il cherche dans la musique et la production graphique, c’est avant tout à découvrir des univers inouïs.

IMG_2340.jpg

Projet BEATMAP BREST, Iomai, 2017

Si son processus emprunte à l’improvisation et à l’aléatoire, sa matière est quant à elle prélevée dans ce qui l’entoure. Que ce soit à partir de formes abstraites, d’images de magazines de son enfance, de morceaux de carton, de collectes de sons, d’éléments architecturaux ou de haut-parleurs d’autoradio, sa démarche est toujours de ” récupérer en pour faire autre chose ”, d’utiliser la matière à disposition pour lui donner une nouvelle forme, une vitalité inédite, qu’elle soit visuelle ou sonore. Il s’agit de réinventer à partir de la matière fournie par le réel. C’est la méthode qu’il transmet dans les nombreux projets d’actions culturelles qu’il mène par ailleurs.
A travers cet aller-retour permanent entre images, formes et sons, Iomai propose un cheminement aléatoire et décalé où se mélangent les genres de manière empirique, avec une part d’inattendu pleine de surprises.

Publicités
Publié dans Exposition
One comment on “Mirolax par IOMAI
  1. […] folle qui lançait les sons du monde comme on égrène les secondes. Avec l’installation Mirolax, Iomai continue à créer… en s’amusant […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :